Dire ou ne pas dire ?


Les experts de wordpress disent qu’écrire pour ne pas être lu ne sert à rien. Alors si les experts le disent… Missionnent-ils des personnes pour cliquez sur « j’aime » sous l’article pour vous encourager à continuer à écrire ? Des offres d’abonnement vous sont même adressés ! Et alors…

Dans le champ ou le chant de tous les possibles, disons qu’il s’agit là d’un point de vue étriqué. Merci aux experts de l’avoir exprimé. Dire ou ne pas dire, telle est une question parmi tant d’autres ?

Celui a qui nous parlons, souhaite -t-il juste entendre ce que vous avez à dire ? Si tel est le cas, sera-t-il juste en mesure de recevoir le message ? Si le verbe est créateur, de quoi est-il créateur ? Quel impact cela va-t-il avoir sur lui, sur vous, face à sa (ses) réaction (s) ou non réaction (s) ? Le savez-vous, au juste ? Quel est l’intention derrière cette expression ? Au même titre, quelle est mon intention en rédigeant cet article, qui sera lu, sans doute uniquement par moi ? 

Consciente de l’impact des mots, des maux, des cadeaux que les mots, les silences ont sur moi. Laisser les traces de la maman que je suis, tel cet élan d’Amour, qui me conduit à cela, dans l’instant.

Les silences, ses vides tellement pleins, mais pleins de quoi, d’ailleurs ?

Faire silence, pour entendre, pour mieux entendre. Dans cet instant, et en lien avec cela, je me relie à cette période de confinement imposé par la situation actuelle,  qui nous conduit à limiter nos sorties. Dans cette absence de bruit, salutaire, à l’extérieur, j’entends les oiseaux, le chant du vent. Dans le silence routier, la vie semble s’être arrêtée, quand la pollution sur notre planète est au plus bas. La terre revit ! Dans ce silence, nous pouvons observer le contenu de nos pensées. Des pensées qui sont le reflet de notre imaginaire ou de nos intentions. D’ailleurs, quel part représente l’imaginaire par rapport à nos intentions ? Le silence à l’extérieur conduit à entendre notre vacarme intérieur et le vacarme intérieur. Quelle différence entre les deux, si ce n’est l’article « notre » et « le » ? 

Si comme moi, vous habitez en appartement où l’isolation phonique est loin d’être aux normes actuelles, vous profitez de la vie de vos voisins. Ce bruit qui me dérange, au point de mettre des bouchons  d’oreille.  Ce bruit ci, est difficile à apaiser, à moins d’empêcher vos voisins de vivre. Cette option risque de vous coûtez très chère, si passage à l’acte, il y a.  Il va de soi que je le déconseille. 

Mettre mes bouchons d’oreille pour m’isoler est l’autre option que je choisis. Je me pose, non en silence, pas encore ou pas tout à fait. Mon mental se pose, se calme au grès de mes respirations. Respirations sur lesquelles je pose mon attention. Et quand bien même, je m’évade dans mes pensées, je ramène mon intention vers le flux de mes respirations. 

Là où tout se pose

Là où tout s’apaise, petit à petit !

Observez !

Respirez !

Je goûte à l’expérience d’une retraite vipassana en mon intérieur, cet espace sacré !

 

Namasté !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :